Biographie

Danielle BIGATA est née le 1° Mai 1941 à Bordeaux.

Son rêve à 12 ans ? Devenir peintre - sculpteur ou … exploratrice.

Sa première exposition à 17 ans représente déjà des portraits ethniques d’imagination, car les voyages ne sont pas encore à l’ordre du jour…

La première sculpture sera « l’homme sorti du chêne » commencée à 16 ans et terminée à 18 ans.

Plein de petits « jobs » tentent d’alimenter financièrement sa vocation artistique controversée au sein de la famille. Un vrai métier ? Qu’à cela ne tienne ! Direction Rome, l’Institut Central de Restauration, pendant 4 ans.

De retour en France, la petite provinciale arpente les coulisses des théâtres parisiens enrichissant ses cartons d’une cinquantaine de portraits d’artistes du Cinéma et du Show-business. But avoué : une exposition à New York, qui fût un franc succès, avec des commandes à la clef, dont le portrait du Directeur du Times, et la décoration picturale des bureaux d’un avocat international, le premier mécène.

En 1971, c’est la création de l’atelier de Restauration en Gironde, avec la clientèle privilégiée des Monuments Historiques, alors que simultanément l’école Art et Avenir de Paris l’engage pour 2 jours de cours par semaine. Un « CDD » qui durera15 ans…

Les journées de 24 h paraissent trop courtes car divisées en temps répartis entre Restauration et Sculpture…

S’exerçant sans relâche pour passer du bois à la pierre, de la pierre de plus en plus dure au marbre, elle multiplie les expériences pour acquérir la maîtrise technique nécessaire à la taille directe.

Enfin 1989 voit sa première exposition de sculptures se tenir à Paris, dans la Galerie Herouet.

Ses participations à des concours internationaux lui permettent de gagner des commandes, la première en Allemagne à Biberach an der Riss, devant 12 candidats. C’est le grand lancement.

Le rêve de Danielle s’est réalisé.
Danielle devient BIGATA.

Elle abandonne la restauration ainsi que les cours parisiens et se consacre en totalité à la création en marbre et en bronze de nombreux monuments.  Elle vit de sa passion la sculpture.

2011, la consécration : la ville de Gradignan en Gironde lui consacre un Musée de plein air : l’Escale Bigata au Parc de Laurenzane.

Quand à ses pérégrinations du bout du monde. Des croquis, des dessins, nourrissent l’inspiration des portraits ethniques. Elle nous fait partager d’ailleurs à travers plusieurs livres ses émotions et rencontres vagabondes… l’exploratrice n’est pas loin !