Techniques du bronze

Petit tour d'horizon sur la Technique du Bronze à cire perdue qui nécessite un travail d'équipe pendant 6 mois pour une grande œuvre.

Le bronze de fonte d'art est un alliage de plusieurs métaux : cuivre, étain, plomb, zinc.

Technique du bronze
Toute œuvre d'art originale en bronze comporte la signature du sculpteur, le cachet du fondeur et le numéro de l'épreuve. Acheter une œuvre, ne veut pas dire avoir le droit de reproduire, ce droit reste acquis au sculpteur. Les droits d'auteur subsistent 70 ans après la mort de l'artiste, au-delà, l'œuvre tombe dans le domaine public.

 

  • Création du modèle en argile ou plâtre par le sculpteur.
  • Moulage en élastomère par les techniques : "bateau" rapidité d'exécution, mais exactitude aléatoire, "estampage" convient à la prise d'œuvres monumentales ou enfin "coulé sous chape" s'applique sur tous les modèles manipulables.
  • Après polymérisation de l'élastomère, un contre moule en plâtre ou en fibre de verre et résine est effectué pour maintenir la forme extérieure.
  • Dans ce moule sera versée la cire. Une fois démoulée, elle est retouchée par le sculpteur qui inscrit le numéro de l'œuvre, puis elle est "équipée" de jets et d'évents - bâtons de cire reliés entre eux - qui vont assurer l'évacuation de l'air et la bonne répartition du métal en fusion.
  • Dans cette épreuve en cire, un noyau en céramique réfractaire est coulé, pour conserver le vide central. Puis un nouveau moule en céramique réfractaire ou plâtre de fonderie englobe l'épreuve en cire équipée.
  • Ce moule est cuit à 700°. La cire fondue s'évacue, laissant un espace creux d'environ 5 mm d'épaisseur.
  • Le bronze en fusion à 1200° est versé dans le moule en céramique, par un goulet qui alimente tous les jets et les évents. Il doit se répartir en une seule coulée dans tous les interstices.
  • Après refroidissement, le moule et le noyau en céramique sont cassés et le bronze apparaît hérissé de tous ses jets et évents en bronze. Il  faut maintenant "l'ébarber".
  • C'est le moment des soudures sur les œuvres de très grandes dimensions, des petites retouches au burin, de la ciselure, de la finition de surface, du polissage et du sablage décapant pour la patine.
  • Dernière étape, la patine est un acide projeté ou passé au pinceau, sur le bronze re-chauffé au chalumeau. L'art du "patineur" est un tour de main acquis par de nombreuses années d'expérience. L'ensemble est enfin enduit d'une couche de cire, également à chaud, ce qui stabilise les couleurs.